5 – La sensibilité du capteur, ISO

Publié le 12/09/2012

( voir d’abord :

Premiers pas : 1 – quantité de lumière

Premiers pas : 2 – Mise au point, Autofocus

Premiers pas : 3 – la profondeur de champ, mode ouverture

Premiers pas : 4 – photographier le mouvement, mode vitesse )

Le 3eme paramètre : ISO

Les 2 paramètres, ouverture du diaphragme et vitesse d’obturation, déterminent  la quantité de lumière qui parvient jusqu’au capteur.  Un 3eme paramètre intervient dans le contrôle de la quantité de lumière reçue par le capteur numérique : la sensibilité ISO.

La sensibilité ISO est la sensibilité du capteur à la lumière et cette sensibilité est modifiable. Plus la valeur de la sensibilité est élevée, plus le capteur est sensible à la lumière. En utilisant une valeur élevée, le capteur a besoin de recevoir moins de lumière pour obtenir une exposition correcte. Mais utiliser une valeur élevée n’est pas sans conséquence.

En effet, l’influence de la sensibilité ISO sur l’image finale est essentiellement le bruit numérique. Le bruit est des petits points de couleur parasites qui se forment sur l’image. Plus on augmente la sensibilité du capteur, plus on augmente le bruit.

Sur l’image ci-dessous, à 800 iso, le bruit est bien visible

Bruit Numerique tunnel-2012

800 iso - 450D

Bruit Numerique tunnel zoom

800 iso - 450D gros plan

 

Sauf cas particulier, on règle généralement la sensibilité ISO le plus bas possible pour avoir le moins de bruit possible.

La sensibilité ISO est définie par une valeur allant de 50 a 6400 ISO (parfois plus) :  50, 100, 200, 400, 800, 1600, 3200, 6400.

Si la lumière présente au moment de la prise de la photo est importante (grand soleil, éclairage fort…), une sensibilité ISO de 50 ou  100 sera utilisée.

Si la lumière est faible (intérieur, soirée..), la sensibilité ISO sera plus grande, entre 200 et 800 iso.

En doublant la sensibilité ISO, on diminue de moitié la quantité de lumière nécessaire à une exposition correcte.  Ce paramètre permet donc de faire varier la valeur d’ouverture du diaphragme ou la vitesse d’obturation.

Ainsi le couple ouverture diaphragme – vitesse d’obturation peut être modulé par la sensibilité ISO : si la luminosité ambiante est faible, que le diaphragme est déjà ouvert au maximum et que la vitesse d’obturation correcte est trop lente par rapport à l’image souhaitée, une augmentation de la sensibilité ISO permettra d’utiliser une vitesse plus rapide. De même, si la profondeur de champ souhaitée est importante, augmenter la sensibilité ISO permettra de diminuer l’ouverture du diaphragme. Passer de 200 ISO à 400 ISO permet de doubler la vitesse d’obturation ou de fermer le diaphragme d’un cran.

Tous les appareils photos ne gèrent pas la montée en ISO de la même manière. Les appareils reflex professionnels permettent d’utiliser des valeurs ISO assez élevées  sans trop générer d’apparition de bruit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *